• le texte nu

     

     

    sans humeur

    ni bonne ni mauvaise

    je m'inscris dans le temps avec une lenteur méticuleuse

     

     dans la yourte le poêle a repris un peu de service

     

    sans lune sans bruit sans vent

    la nuit déplie sa face obscure

     

    encore et encore

    obstinément

    mes illusions se métamorphosent

    en chimères perdues

     

    enlevant les ponctuations de mes rêves

    les majuscules de mes angoisses

    le texte nu

    délivre

    sa chair

    sanglante

    aux saisons fatiguées 

     

    et ce silence qui inventorie les absences

     

    rien que des murmures 

    des lamentations

    des rumeurs

    déjà oubliés

     

    puis de rien

    la colère assiège mon sommeil

     

    en otage

    je serre ma dernière arme sur mon cœur

    encore chaud

     

     

    et ce silence

    qui devient trop silence

    consume les songes de la montagne

     

     

    sans bruit

    sans vent

    sans pluie

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Avril à 11:59

    J'aime particulièrement le dernier haïku. Amitiés.

    2
    luc
    Jeudi 2 Mai à 16:16

    Il existe, je pense, un monde "à côté"...

    avec un vent qui ne nous caresse pas encore le visage

    avec une pluie qui ne mouille pas encore notre corps

    avec des silences dont nous rêvons au plus profond de nos rêves

    avec des murmures que nous soupçonnons

    dans un Temps qui n'est pas nôtre mais qui le deviendra.

     

    Un monde "à côté"

     

    3
    Jeudi 2 Mai à 21:34

     

    et ce rêve qui nous fascine sans que nous le touchions...

    balayé  par les vents

    laissant quelques poussières pour nos ultimes questions....

     

    comment allez vous Luc ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :