• 1 commentaire
  • dessiner, peindre, sculpter... 

    provisoirement inaccessible

    Une dissolution des sens, des perceptions, des pensées. Un cœur blessé., un esprit en transit... Je n'en ai aucune idée, mais quelque chose entrave la volonté de communiquer avec les dieux

    et rejette mes habitudes loin de mon quotidien

    nul envie de savoir... de contrôler, de gérer

    Juste laisser faire en me rappelant que je  ne suis que de passage

    et  le rêve s'obstine à se perdre dans des forêts de plus en plus denses

    clair-obscur difficilement partagé

    les places sont chères les enjeux sans condition

    nul envie d'en sortir

    laisser faire encore 

    la forêt ne prend que ce dont elle a besoin.

     

     

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Violences policières à Calais, ce que le gouvernement ne montre pas


    votre commentaire
  •  

    ce matin encore, le jour se lève comme par miracle, comme par cauchemar.

    de la nuit il ne reste que quelques gouttes de rosée sur les herbes hautes que je me refuse de couper.

    sous chacun de mes pas, des milliers de vies s'agitent dans la douceur des herbes couchées.

     

    le jardin

    mon refuge

    mon chemin

     

    donne à ma raison, la conscience  de ne pas échouer, de ne pas craquer...

     

    aucune terre ne peut comprendre mieux que ma terre

    ce qu'elle a fait de moi

     

    elle me taille à la serpe

    me forge à la volonté de ne pas espérer inutilement

    me bâtit aux saisons

    me burine au soleil et au vent

    et fait de mon âme un espace infiniment ouvert

     

    toutes les plantes qui poussent autour de moi ont germé sur ce sol nourri de tendresse et  de maux de dos

    il faut des années de doute pour franchir la porte d'un jardin comme celle d'un paradis aux dieux infinis

     

    fermant les yeux

     

    je me dépouille de l'utile et de l'inutile espoir

     

    tant de mercenaires massacrent nos peuples, nos parents, nos enfants

    le pire semblait avoir été commis il y a soixante dix ans et on découvre aujourd'hui le pire du pire... une surenchère du mal, connue et  reconnue par tous.

    et là

    on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas...

     

    soulevant une feuille de salade

    pour parler à l' escargot

     

    de

     

    ces cadavres de migrants

    flottants dans ma tête

     

    de

     

    ces yeux noirs

    sans étoiles et sans larmes

    qui hantent mes nuits

     

    de

     

    ce tant et tant et beaucoup de trop

    qui alourdit le cœur

    des naufragés

     

     de

    de

    de....

    il va  de ces jours où la conversation avec un escargot prend des modulations de croisade. Le ton monte face au silence et l'envie de prendre les armes devient une tentation obsédante.

     

     

    ni ange ni démon

    sous la feuille de salade

    la colère n'oublie pas l'escargot

     

     

     

    Usaida, pour survivre dans l'eau, cette petite syrienne s'est accrochée à un cadavre de migrant noyé.

    https://blogs.mediapart.fr/eugenio-populin/blog/280619/roberto-saviano-mare-non-esistono-taxi

     © Giorgios Mutafis

    © Giorgios Mutafis

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Face à l’indignité des politiques migratoires européennes, il ne reste plus que les citoyens pour se dresser, défier les autorités et braver les lois.

    Depuis plus de quinze jours, 42 naufragés dépérissent à quelques encablures des côtes italiennes dans l’indifférence des dirigeants de l’Union européenne, occupés, pour certains d’entre eux, à faire la cour à Donald Trump au sommet du G20 à Osaka.

    Et c’est une femme, Carola Rackete, qui sauve l’honneur de nos consciences meurtries. La jeune capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch 3, qui a récupéré en Méditerranée ces migrants partis de Libye pour échapper aux mauvais traitements, a forcé le blocus des eaux territoriales italiennes mercredi 26 juin pour tenter d’accoster sur l'île de Lampedusa. 

    Une désobéissance civile assumée. « Je sais ce que je risque, mais les naufragés à bord sont épuisés. Je les emmène en lieu sûr », a-t-elle déclaré sur Twitter. Si l’ONG Sea Watch s’appuie sur le droit maritime et international, qui fait de l’assistance aux personnes en détresse en mer une obligation absolue, pour légitimer son action, elle sait qu’elle est passible de poursuites au regard de la loi italienne, durcie par le ministre de l’intérieur Matteo Salvini pour empêcher ces débarquements. À cette heure, l’autorisation d’entrer dans le port n’est toujours pas arrivée.

    Ces politiques inhumaines font écho, de l’autre côté de l’Atlantique, à la brutalité du président américain à l’égard des migrants. Immortalisé par une photo qui a fait le tour du monde, le décès d’un père et sa fille, retrouvés enlacés sur les rives du Rio Grande qu’ils tentaient de traverser à la nage pour rejoindre les États-Unis, a rappelé celui du petit Aylan Kurdi dont le corps s’était échoué en 2015 sur les plages turques. À chaque fois, une émotion palpable qui vient se briser sur des lois criminalisant toujours plus celles et ceux qui manquent de tout, sauf du courage de fuir la guerre ou la misère, au péril de leur vie.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    6000 activistes ont neutralisé le charbon allemand durant quelques heures..;

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    héron vert

    monts et vaux se soustraient à l'usure du temps

    succombent à la nuit sans bruit


    votre commentaire
  •  

     

    de la montagne

    ce souffle léger si léger

    la mer en reprend la rumeur

     

     


    votre commentaire
  • Mobilisons-nous pour Pia Klemp, en procès pour avoir sauvé des vies en Méditerranée

     

    ll est peu question en France de Pia KLEMP.

    capture-piaklemp

    Sa situation mérite, pourtant, toute  notre attention et notre mobilisation tant son procès, au-delà de sa situation  personnelle potentiellement dramatique est emblématique d’une politique de criminalisation de celles et ceux qui agissent pour sauver des migrants. Une inversion des valeurs assumée au grand jour.

     Capitaine des navires Iuventa puis Sea Watch-3, Pia Klemp a sauvé de très nombreuses vies, conformément au droit maritime qui prévoit qu'un capitaine de navire qui reçoit un message de détresse doit porter secours aux personnes concernées. Nous devrions tous la remercier au nom du droit et, disons-le clairement, de la morale.

    Aujourd’hui, elle est jugée en Italie et risque jusqu’à 20 ans  de prison.

     Alors que nous avons assisté il y a un an à l’errance de l’Aquarius à la recherche d‘un port d’accueil, alors que nous savons qu’on ne compte plus les noyés en Méditerranée, nous devons faire entendre notre volonté de voir se développer une autre politique migratoire au sein de l’UE.

    Nous devons aussi, tout simplement, envoyer des messages de soutien et d‘estime à Pia Klemp et nous ne serons jamais trop nombreux à le faire.

    Une pétition existe en ce sens. Je vous encourage à la signer.

    https://www.change.org/p/italienische-richter-straffreiheit-f%C3%BCr-seenotrettung-1fa2fa73-c68b-4d04-8392-ec60dc096f47?lang=fr-FR

     

    et sur France Culture ( 1mn)

    https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-7h/journal-de-7h-du-mercredi-12-juin-2019


    votre commentaire
  •  

     

    Défendez les mal-aimés

     

    Renards, fouines, martres, putois, belettes, corneilles, corbeaux freux, étourneaux, pies, geais : tous ont le malheureux point commun d’être à nouveau étiquetés « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (anciennement désignés « nuisibles »), un statut fixé tous les 3 ans par le Ministère de la Transition écologique et qui autorise leur « destruction » (c’est le terme employé) par tir, piégeage ou déterrage selon les espèces.

    Mis à part une légère amélioration du sort de la fouine, dont le piégeage serait autorisé dans 68 départements (contre 79 précédemment) et de l’étourneau (36 départements contre 44), le projet d’arrêté est un quasi copier-coller de l’arrêté en vigueur depuis le 1er juillet 2015… Les choses sont même pires pour le renard, puisqu’il redeviendrait « destructible » en Savoie, ainsi que dans… 90 autres départements de France !

    Si l’on se fie aux bilans de piégeage réalisés de 2015 à 2018, ce seraient plus de 2 millions d’animaux sauvages qui pourraient être à nouveau tués, piégés, déterrés d’ici le 30 juin 2022 !

    Ne laissons pas l’État autoriser ces massacres inutiles et barbares ! Participez à la consultation publique avant le 27 juin.

    JE PARTICIPE

    Macabres et inutiles, ces tueries portent atteinte à l’équilibre des écosystèmes et sont à l’origine de souffrances eu égard aux modes d’abattage et aux périodes d’abattage autorisées. Alors que partout se confirme l’effondrement alarmant de la biodiversité, l’urgence n’est plus à la destruction mais au contraire à la protection de ce qui peut encore l’être !

    Pour vous aider dans la rédaction de vos messages, vous pouvez prendre connaissance des positions détaillées de l’ASPAS listées sur son site.

     

    L'ASPAS compte sur votre mobilisation.
    Merci d'avance pour votre participation !

    L'équipe de l'ASPAS


    votre commentaire
  •  

    puis je encore espérer parcourir un jour ce long voyage à pied qui hante mes pensées ?

    mon courage soudé à une partielle d'inconscience  se fait et se défait sans raison... la volonté abandonne parfois mes rêves, mais jamais suffisamment pour me convaincre du contraire... si je me décide, il me faudra des semaines de marche solitaire pour atteindre un but sans but... pour atteindre ce fragment de cet être discret  dont je ne sais rien.

     

     

    le vent encore le vent

    toujours

    dominant

     

     

    et  tu chavires, dans ton incertitude, toi climat dont on parle sans relâche,  vers cette sombre inconnue sans héritiers...

     

    comment faut-il le dire ?

    le hurler peut-être ?

    ... sortir les armes invisibles,  brandir les derniers murmures présents...

     

     

    au cœur des montagnes

    la yourte se nourrit de silence

     

    monts et vaux se soustraient à l'usure du temps

    succombent à la nuit sans lune

     

     

    assise dans la nuit

    sans aucune histoire à raconter

    le soupir des constellations

     

    la folie des hommes, pour les hommes, par les hommes... intoxique leur raison, consume leur intelligence, détruit leur pensée, corrompt leur imagination... 

    et cette guerre sournoise, travestie en imposture intellectuelle, résigne le monde en abnégation, ruine un peuple muet déjà à genoux...

     

    me réveille la nuit

    en sueur en pleur en tristesse en rage

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • harle huppé


    votre commentaire

  • votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires