• la notion de temps du vieux cerisier...

    Ai je perdu cette notion de temps que ce monde effréné se dispute sans raison ? Peut-être bien et je ne m'en plains pas... Je viens d'abattre un vieux cerisier, pas tout à fait centenaire, mais assez vieux pour avoir perdu  la force de bourgeonner et fleurir ces dernières  années...

    En surface, son temps à lui s'est terminé avec allure et grandeur,  mais sous terre une toute autre histoire se raconte, et ce temps là qu'il se réserve en secret, prend progressivement une odeur d'humus et de mycélium. Cet ancêtre, même dans son déclin apprivoise clandestinement un tout autre pouvoir, une toute autre amplitude du temps. Sa connaissance certainement infinie se dilue dans chaque grain de terre, dans chaque goutte d'eau et la multiplication de ses cellules se renouvelle sans fin. Notre savoir et notre compréhension s'arrêtent au seuil de cette notion d'immortalité universelle propre à chaque être vivant, et nous souffrons de ne pouvoir la concevoir faute de temps, et  d'imagination en déflation.

    Le vent soufflait abondamment ce matin et le froid n'arrangeait pas le travail. Déposant la tronçonneuse au pied de l'arbre, je me suis appuyée contre lui.  Mes mains glacées ont parcouru sa vieille écorce rugueuse à la recherche d'un semblant de vie ou de n'importe quoi d'autre.  Oubliant le temps vif et cinglant, je lui parlais de  sa vie, de la mienne, de notre rencontre qui s'est faite alors qu'il agonisait déjà. Un temps de silence s'est interposé entre nous, qu' il m'a fallu interrompre. J'avais encore quelques mots à lui souffler, quelques mots confidentiels que je lui avais soigneusement préparés pour ce moment là .

    Au bout d'une heure de travail, il est tombé sans crier, sans regret. Nous savions tous  deux que rien n'était rompu mais que simplement la vie reprenait une fois de plus un autre droit, une autre raison d'être éternellement présente.

     

     

    sous les vêtements d'hiver

    tant de couches

    j'en perds ma légèreté

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Cléo
    Dimanche 5 Février à 17:45

    Ai découvert vos cartes chez Christine à Colmar. Vos dessins sont de toute beauté. Impossible de ne pas craquer ! Bravo à vous et bonne continuation...Je vous embrasse. Merci pour ce petit bonheur !

     

      • Lundi 6 Février à 12:41

        Je vous remercie Cloé d'apprécier mon travail et d'avoir eu l'occasion de l'apercevoir chez Christine... Christine que je connais depuis tant d'années que je ne les compte plus...

        Je reçois avec bonheur vos encouragements que vous m'offrez car les doutes et les renoncements me hantent bien souvent et peut-être davantage en ce moment...

        Au plaisir de peut-être vous rencontrer lors d'un mes très rares passages en Alsace.

        très chaleureusement

        anna

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :