• votre commentaire
  •  

    Oeuvre peinte par l'artiste Goin http://www.goinart.net/gallery/outside/ le 24 juin 2016 à Grenoble.

     


    votre commentaire
  •  

     Le chant des arbres,  sans vertige avance au dessus du vide menaçant

    Le chant des arbres, raconte les migrations de l'oiseau désorienté, les errances du ver de terre délogé, les égarements du scolyte maudit. Le chant des arbres, circule dans nos corps muets, forçant le passage de nos cœurs fatigués, en mémoire de son existence. Le chant des arbres, des profondeurs,  dilate la nuit en litanies étouffées, là où les silences règnent avec grandeur. Le chant des arbres, alterne le paysage d'ombre et de lumière avec justesse et légitime ses vibrations pour les vivants devenus transparents. Le chant des arbres, de mépris en ignorance, disparaît sous l’asphalte, le béton des tyrans, portant dans ce mutisme transitoire aucune condamnation à ce complot, juste un silence bouleversant.

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Alma fait partie d'une famille qui travaille depuis des générations sur une plantation d'oliviers en Espagne. Cette fille de 20 ans a une relation profonde avec son grand-père. Mais celui-ci ne parle plus depuis que ses enfants ont vendu contre son gré un olivier vieux de 2000 ans. Parce que son grand-père s'affaiblit de jour en jour, Alma décide de rapatrier l'arbre qui a été replanté en Allemagne, dans le siège administratif d'une entreprise active dans le domaine de l'énergie, qui l'utilise à des fins publicitaires. Via les médias sociaux, Alma cherche des soutiens pour son projet. Et elle persuade son oncle et un ami d'aller en Allemagne avec un semi-remorque - mais sans avoir ne serait-ce que le début d'un plan concret...
    « L'Olivier » est un film à la réalisation soignée et d'une humanité touchante. La réalisatrice espagnole Icíar Bollaín combine avec adresse une histoire familiale personnelle avec des thèmes universels comme la protection de l'environnement ou l'honnêteté dans les relations humaines. L'histoire est signée par Paul Laverty qui avait déjà collaboré avec Icíar Bollaín lors de son dernier succès « También la lluvia » et qui a écrit de nombreux scénarios pour Ken Loach. « L'Olivier » propose un cinéma plein d'éléments merveilleusement tragi-comiques, interprété avec brio, nourri d'images fortes et porté par une bande-son envoûtante.

     


    votre commentaire
  • rennes


    votre commentaire

  • votre commentaire

  •  

    Les fleurs des prés caressent les mains ballantes le long du corps... Une attention douce et soyeuse s'échange alors entre les fleurs et les doigts, provoquant dans le ventre un frisson presque divin.  Une façon peut-être  de rappeler aux rêveurs, qu'elles veulent rester libres et accomplir leur cycle tranquillement. Une façon d'essayer de se protéger de ce  cauchemar préoccupant, qui consiste à les réduire de manière obsessionnelle à ces quelques centimètres de haut, qu'une esthétique formatée par "un prêt à tailler" régenté dans les lotissements copier-coller au mètre, impose comme seul modèle recevable.

    Lorsqu'on les laisse faire, ces herbes et ces fleurs grandissent en toute simplicité au gré des jours et des nuits, au délice du soleil, à l'insolence des pluies et au bercement des étoiles. Elles n'aspirent qu'à devenir fleurs et séduire abeilles et papillons pour le renouvellement de leur espèce... Massacrées, par l'acharnement des tondeuses  qui ramènent les coupes de ces malheureuses qui poussent trop vite à ces quelques centimètres  réglementés dans les salons obséquieux d'une mode infirme, les herbes s’asphyxient par hectare. On les veut courtes, vertes, sans insectes et si possible sans pousser... Une absurdité supplémentaire parmi les milliers qui cannibalisent totalement notre bon sens.  Fragilisées par tant de frénésie, certaines de ces fleurs disparaissent à jamais ne laissant comme souvenir de leur beauté, que quelques couleurs ternies dans un herbier oublié...

     

     

     

    fleurs d'acacias

    une pointe de rosée en plus

    pour apaiser la soif

     

     

    dans la troisième fleur

    un goût acide d'insecte

     sous la dent

     

     

    aucune trace de notes

    sous la fleur séchée

    trop d'années  passées

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires