• accompagné des bruits de la forêt, et des cris des enfants jouant non loin de la yourte,  il est venu tout simplement parmi nous, apporter et éclaircir de son regard de nouveau né, ces interminables jours d'hiver...

     

    parmi les arbres

    dont il a respiré l'existence

    avant de les connaître

     

    contre sa mère, à la chaleur du feu de bois c'est un bébé plein de beauté, plein de tranquillité que la vie vient d'offrir à la famille de ma dernière fille...

     

     

    reposant après tant d'effort

    le souffle de la mère et de l'enfant

    se confondent...

     

     

    leurs yeux se cherchent et s'apprivoisent

     

     

    première rencontre avec son cadet 

    le sourire troublé de l'aîné

     

     

     

    le temps

    s'arrête

     

     

     

    regardant la forêt

    je m'incline

    devant tant de sagesse


    votre commentaire
  •  

    lune en cendre

    sur la montagne dormante

     

     

    toute la forêt regarde

    passer la nuit

     

    すべての森林は夜 経つを見ます


     

     


     

     


     

     


    votre commentaire
  • c'est par demi temps

    que je franchis l'hiver

     

     

     

     ce matin

    la montagne a disparu

    sans cérémonie

     

     

    un peu de forêt flotte dans la brume

                                                       

           少しの森林が靄で浮きました。

                           sukoshi no shinrin ga moya ukimashita

     

     

     

     

     

    ce matin

    je me suis réveillée

    dans une estampe de Wang Wei

     

     

     

     

     

     

         今朝私はワング・ウェイの絵で目を覚ましました

          watashi ha Wang Wei no e de me o samashimashita.


    votre commentaire
  • jour et nuit, écrit le poète japonais, les fleurs en tempête descendent de la montagne ...

     

     

     

    J'ai oublié le chemin par lequel je suis venue. L'ombre laisse place à la lumière et pour que celle-ci gagne en pureté, il me faut sans cesse perdre mon chemin... La voie est difficile, les doutes m'ouvrent le passage, les certitudes se dissipent au fil de ma progression... mon corps s'éclipse, mon coeur se libère... Le temps est au regard contemplatif ce que la brume est à la montagne, un instant fugitif qui flotte dans le néant

     

     

     

    dans mes cheveux  blancs

    l'enfant de la forêt

    glisse quelques souvenirs


    votre commentaire
  • l'air se ride

    par dessous

    les nuages

     

     

     

    sans nid

    sans feuilles

    sans paroles

     

    peuplé de fantômes

    et de vieux rêves d'arbre


    votre commentaire
  • jour et nuit, écrit le poète japonais, les fleurs en tempête descendent de la montagne ...

     

     

     

    J'ai oublié le chemin par lequel je suis venue. L'ombre laisse place à la lumière et pour que celle-ci gagne en pureté, il me faut sans cesse perdre mon chemin... La voie est difficile, les doutes m'ouvrent le passage, les certitudes se dissipent au fil de ma progression... mon corps s'éclipse, mon coeur se libère... Le temps est au regard contemplatif ce que la brume est à la montagne, un instant fugitif qui flotte dans le néant

     

     

     

    dans mes cheveux  blancs

    l'enfant de la forêt

    glisse quelques souvenirs

     

     



    votre commentaire
  • c'est par demi temps

    que je franchis l'hiver

     

     

     

     ce matin

    la montagne a disparu

    sans cérémonie

     

     

    un peu de forêt flotte dans la brume

                                                       

           少しの森林が靄で浮きました。

                           sukoshi no shinrin ga moya ukimashita

     

     

     

     

     

    ce matin

    je me suis réveillée

    dans une estampe de Wang Wei

     

     

     



     

         今朝私はワング・ウェイの絵で目を覚ましました

          watashi ha Wang Wei no e de me o samashimashita.



    votre commentaire
  •   en japonais そして父に成る, (sochite chichi ni naru ) "puis je deviens père" est bien entendu un film génial !!!!

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    là où la contemplation

    guide mon souffle

    vers les cîmes

     

     

    la forêt me suit

    sans laisser de traces

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires